La citation du jeudi

Avant lui, j’ignorais qu’un sentiment pouvait s’insinuer. Je croyais que c’était là, un jour, posé devant soi, comme une évidence indiscutable. Avec lui, c’est venu lentement, sans que je m’en rende compte. Je le croisais chaque jour, je le regardais à peine, rien ne me portait vers lui. Et, un matin, j’ai compris. Compris que sa présence était devenue un baume, que son absence était une brûlure. Un matin, à force de l’avoir à mes côtés, j’ai pris conscience que je ne serais plus capable de me passer de lui. 

– Philippe Besson

#J

Publicités

Des réactions, des réflexions, des conseils, etc ? N'hésitez pas à commenter !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s