Top 5 … des films que j’ai vu cette année (partie 1)

Hello tout le monde ! J’ai décidé de couper l’année en 2 et de faire un top 5 des films que j’ai vu en 2015 (ils ne sont pas forcément sortis cette année) pour cette première moitié et un top 5 pour l’autre moitié.

5 -Les Minions

Je pense qu’il n’y a pas besoin d’explications, les minions … c’est les minions quoi ! 😀 Ils sont vraiment trop chou ! Surtout Bob !

4 – Mad Max Fury Road

Mad Max Fury Road vous tient en haleine du début jusqu’à la fin. Les dialogues sont rares mais les images sont époustouflantes. Ce film vous en met plein la vue, réellement. Surtout quand on sait que le réalisateur a utilisé le moins de fond vert possible ! C’est à voir, même si, comme moi, vous n’aimez pas les courses de voitures. J’ai été également agréablement surprise par la performance de Nicholas Hoult.

3 – Whiplash

Magnifique film, qui ravira vos yeux mais aussi les oreilles. C’est une histoire assez simple mais qui fait diablement bien son job, surtout grâce au jeu des acteurs (Miles Teller, un de mes acteurs préférés, est tout simplement génial ici !). Ce film transmet quelque chose de formidable, comme une force, vous avez envie de tout faire pour aller au bout de vos rêves.

Un chef d’oeuvre à voir absolument !

 2- Interstellar

A couper le souffle. Tant pour la vue que pour les oreilles (la bande son est magnifique !). Après ce film, on se sent tout petit face à l’univers et à l’immensité de choses qu’on ne comprend pas encore (et qu’on ne connaîtra peut-être même jamais !). Même sans aimer la SF, ce film saura toucher votre cœur.

Ne soyez pas rebuter par sa longueur, on ne la sent que très peu.

Je n’avais que moyennement appréciée Gravity (avec George Clooney) mais Interstellar est magistral !

1- Footloose (2011)

Comparé aux précédents films celui-ci ne fait pas le poids niveau visuel et son mais je l’ai tout de même adoré. Histoire simple mais qui fait son effet (bon, c’est clairement un film musical pour ados, mais j’aime ça 😀 ). J’ai adoré les passages de danse et les 2 chansons « principales » : Fake I.D. et Footloose. Je ne peux faire aucune comparaison avec l’original, ne l’ayant pas vu … Un film qui fait passer un bon moment et vous donne envie de danser !

Même si c’est un « top », les 3 derniers sont presque à égalité, cela dépend juste des critères qu’on met en avant pour ma part 😉

Et vous, quel est votre top 5 actuel ?

1376757345-ririnsign

Publicités

Monstres Academy

Monstres Academy est un dessin-animé d’animation américain réalisé par Dan Scanlon et paru en juillet dernier. Il s’agit d’une analepse, ou flashback, de Monstres et Compagnie paru 12 ans plus tôt.

Synopsis :

« Même quand il n’était qu’un tout petit monstre, Bob Razowski rêvait déjà de devenir une Terreur. Aujourd’hui, il est enfin en première année à la prestigieuse université Monstres Academy, où sont formées les meilleures Terreurs. Son plan de carrière bien préparé est pourtant menacé par sa rencontre avec James P. Sullivan, dit Sulli, un vrai crack qui a un don naturel pour Terrifier. Aveuglés par leur désir de se prouver l’un à l’autre qu’ils sont imbattables, tous deux finissent par se faire renvoyer de l’université. Pire encore : ils se rendent compte que s’ils veulent que les choses aient une chance de rentrer dans l’ordre, ils vont devoir travailler ensemble, et avec un petit groupe de monstres bizarres et mal assortis… »

Mon avis :

J’ai vraiment beaucoup apprécié ce dessin-animé. Le fait d’avoir 12 ans de plus m’a permis de comprendre les subtilités de l’humour introduit dans Monstres Academy, comme le métier de « terreur d’élite » qui fait bien évidemment référence à celui de « tireur d’élite » et également l’école « Panitechnique » qui renvoie sans doute à la prestigieuse institution parisienne « Polytechnique ». Les fraternités portent aussi des noms humoristiques : les Oozma Kappa (OK), les Rois d’Omega Ror (RΩR), les Pinks Nu Kappa (PNK), les Joks Thêta Clac (JOX), les Soeurs Sigma Kappa (EEK) et enfin les Hyenes Si-Si (HSS).

J’ai vraiment adoré ce film d’animation qui m’a permis de m’évader, de rire. Nous comprenons davantage les personnages, leurs différends mais aussi leurs différences. Je le conseille vivement aux petits comme aux plus grands. Il n’y a pas d’âge pour apprécier un Pixar. D’ailleurs, aux Etats-Unis, il a été davantage visionné que Man of Steel

L’univers magique du Studio Ghibli

Coucou !
Hier soir j’ai regardé un film d’animation La colline aux coquelicots du Studio Ghibli.

Il était super. Surtout les dessins mais pas très étonnant je pense de la part des Miyazaki qui en font toujours de superbes ! L’histoire était sympa et toute mignonne. J’ai bien aimé la raison pour laquelle la fille hisse toujours ses drapeaux et le fait qu’elle s’engage pour la sauvegarde d’un bâtiment qui témoigne du passé. J’aime aussi les petites touches d’humour glissées ça et là qui donnent du charme. Ce film a aussi quelque part quelque chose d’historique et il aborde très bien ce qui a pu se passer à l’époque pour des millions de gens. Notamment pour la mort de son père et l’histoire de Shaun.

Mais quelque chose manquait, quelque chose qui donnait beaucoup de charme au Studio Ghibli, qui même le représentait en quelque sorte. Les monstres ! Dans tous les films que j’ai vu de ce studio ils étaient là, ils donnaient quelque chose d’unique, de magique et malheureusement manquaient dans ce film.
Étant plus petite j’ai regardée La vallée de Nausicaa, Le château dans le ciel, Le château ambulant, le début du Voyage de Chichiro et peut-être La princesse Mononokée, je ne me souviens plus trop. Je les ai tous adorés et ils m’ont ému. J’adore cet univers. Pour moi ces films permettent de s’évader en quelque sorte, de voyager dans l’imaginaire.
Je recommande les films de ce studio à tout le monde aux petits comme aux plus grands. Je pense qu’il n’y a pas d’âge pour les regarder car il réveille la part d’enfant que nous avons en nous. Je souhaite à tout le monde d’en voir au moins un dans sa vie car ils sont magiques !

Cent pages blanches

Cent pages blanches est un téléfilm français réalisé par Laurent Jaoui et basé sur un roman du même nom. Les acteurs principaux sont Marius Colucci, Armelle Deutsch et Caroline Bourg. Il a été diffusé hier soir sur France 2 et est donc disponible en replay sur le site de la chaîne.

En grande amatrice des films romantiques agrémentés d’un soupçon de surnaturel, j’ai choisi de regarder ce programme, dont le résumé figure ci-dessous :

« A l’ouverture du testament de son grand-père russe, Sacha reçoit pour tout héritage un carnet alors que ses deux sœurs se partagent la fortune familiale. Mais le calepin est vierge : les pages, de 1 à 100 sont blanches. Sur la couverture, une phrase en russe « un souvenir par page » plonge Sacha au cœur d’un mystère… Cet intrigant carnet va permettre à notre héros, en revisitant son passé, de construire son présent et d’envisager pleinement son avenir. Et si, au fil des pages, il découvrait l’amour, le vrai ? »

Pour tout vous dire, j’ai été charmée par les prises de vue de la capitale française,  le jeu des acteurs, le scénario touchant qui montre la fragilité de la vie et l’importance des souvenirs, etc… mais également par le visage poupin de Lilly-Rose Debos, qui interprète Charlotte. 

Image

J’ai immédiatement eu envie de lire le roman de Cyril Masarotto, conquise par ce scénario qui m’a rappelé les ouvrages de Marc Lévy, l’un de mes auteurs préférés. 

Je conseille donc fortement ce téléfilm pour toute la magie qu’il transporte et qui envoûte, mêlé de bonne humeur mais aussi de nostalgie. 

Court-métrages sur Youtube

Hello, article express bonjouuuuuuuuuuuur !

Hier, j’ai du patienter un long moment sans avoir grand choses à faire (ok, j’avais plutôt la flemme de lire mes notes) mais je l’ai rentabilisé (« ça c’est toi qui le dit »  Tais-toi conscience !) en regardant 2 court-métrages que j’avais trop envie de regarder sur Youtube. Je vous parle de Mission 404 : Internet doit rester vivant et de Super Social Movie. Le 1er a « été fait » par Orangina avec l’équipe de Studio Bagel et GoldenMoustache (2 groupe que j’aime beaucoup) et le second par Crunch avec Norman et les internautes.

J’ai un gros gros coup de coeur pour le 1er parce que c’est du jamais vu et l’histoire est super bien trouvé. Mais je suis aussi séduite par le fonctionnement du second, faire un film à partir des idées des internautes c’est super même si j’avoue être un peu déçue. L’histoire est pas terrible mais quand même drôle.

Je ne m’attarde pas trop et vous met le résumé et lien des vidéos.

~

Mission 404 : Internet doit rester vivant

MISSION 404 : Le monde est en danger, un énorme bug inattendu frappe le web et met en péril la sécurité des internautes. C’est dans ce contexte que Martin, un jeune stagiaire de l’ISA (Internet Security Agency) franchit par erreur le portail qui permet de pénétrer… à l’intérieur d’Internet ! Bien malgré lui, cet anti-héros se retrouve confronté à un monde hostile : pop up et spams agressifs, lolcats par milliers… Heureusement, les acteurs d’Internet (Google, Facebook, Twitter), super-héros incarnés, le prennent sous leurs ailes pour former un commando de choc. Tous ensemble, ils vont livrer une bataille contre le Seigneur du Web afin de sauver le monde d’Internet… et le monde tout court pour rester vivant !

Mission 404 : Internet doit rester vivant

~

Super Social Movie

Bref, je suis allée au cinéma.

Non, je ne suis pas là pour vous raconter ma vie, mais pour vous parler du film que j’ai visionné au cinéma le samedi 25 mai. Il s’agit donc de Gatsby le Magnifique, un drame de Baz Luhrmann basé sur le roman de Fitzgerald sorti le 15 mai dernier, lors de l’ouverture du festival de Cannes. Les acteurs principaux sont Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire et Carey Mulligan.

Synopsis :

« Printemps 1922. L’époque est propice au relâchement des mœurs, à l’essor du jazz et à l’enrichissement des contrebandiers d’alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s’installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d’un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s’étourdit en fêtes mondaines, et de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C’est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges. Témoin privilégié de son temps, il se met à écrire une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d’absolu et des tragédies ravageuses et, chemin faisant, nous tend un miroir où se reflètent notre époque moderne et ses combats. »

Mon avis :

Si je devais donner au film une note, ça sera un bon 20/20. Le metteur en scène, les acteurs, décorateurs et toute l’équipe ont fait un travail spectaculaire, rendant l’oeuvre grandiose, étourdissante, etc… Bref, à couper le souffle. J’ai sincèrement ressenti des frissons me parcourant l’échine, bien que je n’aie vu que la version en 2D. Le décor est très travaillé et est en phase avec l’esprit du roman. Tout est très soigné ; les répliques au même titre que le jeu des acteurs, la musique qui nous suit tout au long de la diffusion, les couleurs ou encore des lieux dans lesquels se déroulent les scènes. J’ai été subjuguée. Et pourtant, j’avais auparavant visionné dans les cadres d’une étude approfondie dans mon option obligatoire l’adaptation de 1974 par Jack Clayton avec Robert Redford et j’étais restée sur ma faim. Je trouve que le réalisateur du nouveau film a su parfaitement s’adapter au contexte de l’époque, et a parfaitement su faire ressortir le déclin du rêve américain qui est dépeint dans l’oeuvre de Fitzgerald.

Je vous conseille fortement de le visionner et n’hésitez pas à poster vos avis.

Petit + : la bande son qui est composée de nombreux artistes connus, comme Gotye, Lana Del Rey, Beyonce, Florence and The Machine ou encore Sia. 

Je vous laisse apprécier ce petit extrait, un gros coup de cœur.

Zoom sur… Wild Child

Une nouvelle fille, une nouvelle école, de nouvelles règles !

Wild child est un film américano-anglais-français réalisé par Nick Moore est paru en 2008. Il met en scène Emma Roberts et Alex Pettyfer. 

Synopsis :

Poppy Moore est une adolescente pourrie gâtée originaire de Malibu. Elle s’entoure d’amis tout aussi superficiels qu’elle, dont Ruby, qui profite de son amitié par intérêt 

Un jour, elle décide pour frimer de sauter du haut de la piscine à débordement de la villa familiale avec les vêtements de la petite-amie de son géniteur. En vérité, et bien qu’elle donne l’impression de s’épanouir au sein de sa bande d’amis, elle ne digère pas la mort de sa mère.

Pour la punir, son père l’envoie à Abbey Mount, un pensionnat anglais très strict pour jeunes filles.

Au début, elle peine à s’adapter et trouve ses camarades ringardes et puériles. Elle se met à sympathiser avec les adolescentes partageant sa chambre. Ces dernières essaient de l’intégrer et de lui faire apprécier l’Angleterre.

Cependant, Poppy se fait une ennemie, Harriet, la déléguée des élèves, qui est follement amoureuse de Freddie Kingsley (le fils canon de la directrice).

Voulant retrouver sa liberté en Californie, Poppy est aidée par ses nouvelles amies qui établissent un plan consistant à ce que Poppy fasse les pires bêtises pour pouvoir se faire renvoyer et par la même occasion retourner aux Etats-Unis. 

Mais finalement, le destin de Poppy va être bouleversé et tous ses stratagèmes vont être remis en cause…

Pourquoi ?

Je vous laisse savourer le film pour connaître la suite ! 

Mon avis :

Ce film est l’un de mes préférés. Il est léger et montre aux spectateurs que même les pires garces ont un cœur et des cicatrices, qu’elles sont capables de changer. La trame de l’histoire est agréable, le jeu des acteurs est bon et les péripéties sont rafraîchissantes. Un film idéal pour les soirées entre copines que je conseille aux fleurs bleues 😉 !